Cultures marines n°318 - 31

saison des moules

Dossier

49,6 tonnes, c'est le bilan des
moules sur pieux Label rouge pour
la saison dernière. 65 % des ventes
en prêtes à cuire, 25 % en barquette,
10 % en traditionnel. Un volume
presque anecdotique (0,1 % de
la production nationale) mais qui
a permis d'amorcer la pompe. Le
label a été validé en février 2017,
quelques mois avant le démarrage
de la saison, il a fallu mettre les
bouchées doubles pour créer les
étiquettes, les sacs, habiliter les
entreprises, et sortir ainsi à temps
les premières moules auréolées
de rouge.
Ce signe de qualité n'est pas cantonné à un secteur géographique
précis. Pour preuve la représentativité à l'assemblée générale
qui s'est tenue le 22 mai, au Rheu
(Ille-et-Vilaine), où Normands,
Bretons et Charentais étaient
ensemble autour de la table. Mais
pour cette première saison, « tous
les bassins n'ont pas produit [de
moules labellisées] », souligne
Isabelle Letellier, codirigeante de
Mer conseils. Certains n'ont pas
atteint les nécessaires 27 % de taux
de chair, d'autres avaient dépassé
les 30 % mais étaient bloqués par
le parasitisme.
«  C'est un produit haut de
gamme, rappelle Yann Juin, président du groupe moules au sein
de Breizh filière mer, l'organisme

de défense et de gestion (ODG)
qui porte le Label rouge. On doit
être au-dessus de ce qui se fait en
production lambda. » « Il y a une
obligation de résultat », complète
Isabelle Letellier. Le prix, du coup,
doit être en corrélation avec ces
critères contraignants et n'a pas
déçu les producteurs avec un différentiel de 40 centimes par exemple
pour Ingrid Bizeul. « Je calibrais à 13
pour avoir une différence visuelle
sur les produits », complète la mytilicultrice de Pénestin. « On n'avait
pas le droit de se louper en termes
de qualité de produit, renchérit
Yann Juin. On voulait être sûrs de
ce qu'on commercialisait. »

Multiplier le tonnage par dix
La labellisation est donc restée
assez confidentielle pour cette
première année de test avec
18  adhérents au groupement,
dont Cultimer et Mytilimer. Le but
va être ensuite de monter gentiment en puissance. « Mais on ne
compte pas non plus accueillir
à tout va, prévient le président.
Nous souhaitons répondre à
une démarche volontaire. Il faut
que les producteurs viennent
d'eux-mêmes. Comme ça, on est
sûr qu'ils le feront bien. » Une
labellisation valorisante pour les
professionnels, comme l'atteste

Marion Larronde-Larretche

Bouchots : le label rouge sur pieds

Taux de remplissage non conforme, parasitisme, tous les bassins de production n'ont pas pu prétendre au Label rouge lors de la dernière saison.

le Normand Christophe Charbonnier : « C'est important pour notre
amour-propre de prétendre à un
produit de qualité. »
La production de l'année dernière était certes réduite mais
étalée dans le temps. Pénestin en
premier, la Normandie en fin de
parcours, les moules Label rouge
pourront être présentes sur le marché pendant plusieurs mois. « Plus
on a de diversité, mieux c'est »,
commente le mytiliculteur des
Côtes-d'Armor Guillaume Hurtaud.
« Et si on a un pépin dans un des
bassins, il n'y aura pas de rupture
d'approvisionnement en Label
rouge », ajoute Isabelle Letellier.

L'objectif serait de multiplier par
dix le tonnage de la saison dernière.
« Arriver à 200 tonnes, ça n'a rien
d'aberrant », estime Yann Juin. La
saisonnalité est importante. Il faut
valoriser le produit quand il est
au top, sinon il y a trop de perte.
Reste encore à faire un peu de
communication auprès du grand
public autour d'un site internet,
d'une page Facebook et le tour sera
joué. Mais le plus gros semble fait.
« Maintenant que l'on a un pied
dans cette labellisation, souligne
l'un des acteurs, si le produit est
beau, on est prêt à dégainer. »
Marion LARRONDE-LARRETCHE

Bruno Saussier

Prédation : l'effarouchement qui venait du ciel

La baie du mont Saint-Michel avait déjà été victime de prédation,
mais jamais dans de telles proportions.

Le bateau n'a pas convaincu.
Démarré l'année dernière avec
le concours d'une association
cancalaise, l'effarouchement des
macreuses au moyen d'un semirigide n'a pas porté les fruits que
les mytiliculteurs en espéraient.
« La prédation des macreuses a
fait beaucoup de dégâts, 10 %
au minimum, annonce Charles
Beaulieu, président du syndicat
mytilicole de la baie. À l'échelle
de la baie, ça représente entre
1 000 et 1 500 tonnes de moules. »
Écœurés par cette prédation,
les mytiliculteurs du syndicat ont
cherché des solutions plus efficaces
que les ronds dans l'eau. S'inspirant
de leurs voisins normands, ils ont
alors fait appel à Patrick Vintrin,
un pilote d'ULM, pour le charger
d'un effarouchement aérien cette

fois. Il a démarré avec un voire
deux vols par jour en pleine saison,
et a ralenti les rotations après la
migration des macreuses, début
juin. « Depuis le début des vols
en ULM, les prédations sont quasi
inexistantes », se félicite Charles
Beaulieu. D'abord pris en charge
par le syndicat mytilicole de la baie,
le coût de l'effarouchement aérien
a été transmis au CRC mi-mai après
validation. Il fait désormais l'objet
d'une contribution professionnelle
obligatoire et devrait s'établir
autour de 80 000 euros sur l'année.
« Dans les mêmes proportions,
voire moins, que l'effarouchement en semi-rigide », souligne
Florence Bourhis-Madec, secrétaire
générale du CRC.
Bruno SAUSSIER

Cultures MARINES n°318 - juillet-août 2018

31



Table des matières de la publication Cultures marines n°318

Cultures marines n°318 - 1
Cultures marines n°318 - 2
Cultures marines n°318 - 3
Cultures marines n°318 - 4
Cultures marines n°318 - 5
Cultures marines n°318 - 6
Cultures marines n°318 - 7
Cultures marines n°318 - 8
Cultures marines n°318 - 9
Cultures marines n°318 - 10
Cultures marines n°318 - 11
Cultures marines n°318 - 12
Cultures marines n°318 - 13
Cultures marines n°318 - 14
Cultures marines n°318 - 15
Cultures marines n°318 - 16
Cultures marines n°318 - 17
Cultures marines n°318 - 18
Cultures marines n°318 - 19
Cultures marines n°318 - 20
Cultures marines n°318 - 21
Cultures marines n°318 - 22
Cultures marines n°318 - 23
Cultures marines n°318 - 24
Cultures marines n°318 - 25
Cultures marines n°318 - 26
Cultures marines n°318 - 27
Cultures marines n°318 - 28
Cultures marines n°318 - 29
Cultures marines n°318 - 30
Cultures marines n°318 - 31
Cultures marines n°318 - 32
Cultures marines n°318 - 33
Cultures marines n°318 - 34
Cultures marines n°318 - 35
Cultures marines n°318 - 36
Cultures marines n°318 - 37
Cultures marines n°318 - 38
Cultures marines n°318 - 39
Cultures marines n°318 - 40
Cultures marines n°318 - 41
Cultures marines n°318 - 42
Cultures marines n°318 - 43
Cultures marines n°318 - 44
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM332
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM331
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM330
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/PDM195_specoquillages
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM329
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM328
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM327
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM326
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM325
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM324
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM323
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM322
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM321
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM320
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM319Feuilleteur
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/editionPDM185_speccoquillages
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM319
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM318
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM317
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM316
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM315
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM314
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM313
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM312
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/311
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM310
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM309
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM308
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM307
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM306
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM305
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM304
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM303
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM302
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM301
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM300
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM299
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM298
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM297
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM296
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM295
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM294
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM293
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM292
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM291
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM290
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM289
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM288
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM287
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM286
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM285
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM284
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM283
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM282
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM281
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM280
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM279
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM278
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM277
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM276
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM275
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM274
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM273
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM272
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM271
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM270
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM269
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM268
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM267
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM266
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM265
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM264
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM263
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM262
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM261
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM260
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM259
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM258
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM257
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM256
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM255
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM254
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM253
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM252
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM251
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM250
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM249
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM248
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM247
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM246
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM245
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM244
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM243
http://www.nxtbookMEDIA.com