Cultures marines n°318 - 39

reportage

Entreprise

Navarre tire sur la corde
Aujourd'hui il possède huit
tables pour une surface de
12,5 ares. Le gros de ses ventes se
fait « entre Pâques et Noël » mais
il récolte toute l'année. Il vend en
gros, « à des mareyeurs ou des
gars qui font les marchés ». Trois
gros clients, une petite dizaine
d'autres moins importants. Une
grande partie de sa production
part en Italie, environ 70 %. « Notre
problème c'est qu'on est loin de
tout, regrette-t-il. Le coût du transport, ça nous casse. Si on était plus
proche, avec la pousse qu'on a, on
ferait un malheur ! »

Pas de remplissage
sur les huîtres exondées
Cette année, manque de pot,
« ça n'a pas poussé », répète
Alexandre Navarre. Au point qu'il
prévoit de fermer boutique début
juillet. « Je n'aurai plus rien à
vendre, prévient-il. Pourtant on a
eu beaucoup d'eau et du soleil,
ici, il y en a ! » Mais c'était une
saison sans.
L'année dernière non plus n'a
pas été très poussante selon les
critères du Méditerranéen. En
2017, Alexandre Navarre a tenté
d'exonder ses huîtres avec des
perches tournantes. « Mais comme
il y a eu une grosse sécheresse, ce
n'était pas super au niveau de la
qualité, rapporte-t-il. La coquille
était belle, bien dure, mais le taux
de remplissage n'était pas bon. »
Le résultat est d'autant plus décevant que la tâche est chronophage
quand il faut tourner les perches à
la main. Et puis les huîtres exondées
sont plus courtes, les quantités
sont moindres. Alexandre Navarre,
lui, « cherche la pousse ». Il veut
des grosses. « Je vends au kilo,
rappelle-t-il. Je préfère vendre des
numéros un à 1,50 euro le kilo que
des trois à 3 euros ! »
D'autant plus que la charge de
travail est déjà lourde. Du boulot, l'ostréiculteur de Loupian n'en manque
pas. « Quand les huîtres sont prêtes,
on les sort de l'eau et on les gratte

Aux filières en mer qui réclament
beaucoup d'investissements,
Alexandre Navarre a préféré les
tables de l'étang de Thau.

M. L.-L.

que je marche ! », sourit-il. Dès
10-12 ans, il est avec son père les
mercredis, pendant les vacances.
Il quitte l'école à 16 ans, puis travaille en Gaec avec son père et son
frère, exploitant huîtres et moules
sur filières. En mer, la conchyliculture française souffre trop de la
concurrence espagnole. « Il fallait
beaucoup d'investissement, des
gros bateaux, beaucoup de réparations, le risque du Dinophysis,
des tempêtes qui foutent tout en
l'air... » Quand il prend son envol,
Alexandre Navarre se concentre
donc sur les huîtres dans l'étang
de Thau.

Les huîtres n'ont pas poussé cette année. « Début juillet, je n'aurais plus
rien à vendre », prévient l'ostréiculteur.

une par une », explique-t-il. Le
détroquage. « À trois personnes,
on peut gratter 1 à 1,5 tonne par
jour. » Un travail de titan. Le gros du
boulot d'ostréiculteur en Méditerranée, avec le collage. « Ça prend
beaucoup de temps. »
Tout pousse très vite sous ce soleil
du Sud, les huîtres mais aussi les
moules. Et les violets. Et les algues.
Et les arapèdes. « On appelle ça
des dents de chien. » Ailleurs des
berniques, ou des patelles. Tout un
écosystème se greffe sur les cordes
de l'étang de Thau. Qu'il faut donc
nettoyer.

Dix jours en poche
pour durcir les huîtres
Comme le détroquage abîme les
huîtres, il faut ensuite les remettre
en poche sur des parcs de stockage
le temps qu'elles se refassent une
santé. « Elles ont tendance à bailler
quand elles sortent de l'eau donc
on les laisse une semaine à dix
jours en poche pour les durcir,
reprend Alexandre Navarre. Quand
on détroque le matin et qu'il fait
chaud, il faut remettre les huîtres

à l'eau dans l'après-midi, sinon
elles meurent. Elles ne sont pas
habituées à rester au sec. »
Autre tâche ingrate de ces ostréiculteurs du Sud, la protection contre
les dorades. « Depuis 2001, elles
ravagent tout. Huîtres, moules...
Ça nous prend quinze jours de
travail par an de mettre les filets, les
enlever, les nettoyer. C'est beaucoup de boulot. » Les protections
sont installées fin mars, elles restent
en place jusqu'en août. Pas plus pour
ne pas trop gêner la pousse.
Comme ses huîtres hyper poussantes, Alexandre Navarre est hyperactif. Il court partout. Tout le temps.
« J'en veux trop, je veux toujours en
faire plus. » À 50 ans, il n'a toutefois
plus la fougue de ses vingt ans.
« C'est de plus en plus dur de sortir
les tonnages que j'avais l'habitude
de faire jusqu'ici », constate-t-il.
Alexandre Navarre va donc lever
le pied et temporiser un peu sur la
production pour se concentrer sur
le commerce. Et dans cinq ans, il
prévoit de prendre le large. Avant
d'être usé jusqu'à la corde.
Marion LARRONDE-LARRETCHE

Cultures MARINES n°318 - juillet-août 2018

39



Table des matières de la publication Cultures marines n°318

Cultures marines n°318 - 1
Cultures marines n°318 - 2
Cultures marines n°318 - 3
Cultures marines n°318 - 4
Cultures marines n°318 - 5
Cultures marines n°318 - 6
Cultures marines n°318 - 7
Cultures marines n°318 - 8
Cultures marines n°318 - 9
Cultures marines n°318 - 10
Cultures marines n°318 - 11
Cultures marines n°318 - 12
Cultures marines n°318 - 13
Cultures marines n°318 - 14
Cultures marines n°318 - 15
Cultures marines n°318 - 16
Cultures marines n°318 - 17
Cultures marines n°318 - 18
Cultures marines n°318 - 19
Cultures marines n°318 - 20
Cultures marines n°318 - 21
Cultures marines n°318 - 22
Cultures marines n°318 - 23
Cultures marines n°318 - 24
Cultures marines n°318 - 25
Cultures marines n°318 - 26
Cultures marines n°318 - 27
Cultures marines n°318 - 28
Cultures marines n°318 - 29
Cultures marines n°318 - 30
Cultures marines n°318 - 31
Cultures marines n°318 - 32
Cultures marines n°318 - 33
Cultures marines n°318 - 34
Cultures marines n°318 - 35
Cultures marines n°318 - 36
Cultures marines n°318 - 37
Cultures marines n°318 - 38
Cultures marines n°318 - 39
Cultures marines n°318 - 40
Cultures marines n°318 - 41
Cultures marines n°318 - 42
Cultures marines n°318 - 43
Cultures marines n°318 - 44
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM330
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/PDM195_specoquillages
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM329
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM328
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM327
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM326
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM325
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM324
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM323
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM322
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM321
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM320
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM319Feuilleteur
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/editionPDM185_speccoquillages
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM319
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM318
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM317
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM316
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM315
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM314
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM313
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM312
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/311
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM310
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM309
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM308
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM307
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM306
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM305
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM304
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM303
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM302
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM301
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM300
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM299
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM298
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM297
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM296
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM295
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM294
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM293
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM292
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM291
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM290
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM289
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM288
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM287
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM286
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM285
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM284
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM283
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM282
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM281
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM280
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM279
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM278
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM277
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM276
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM275
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM274
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM273
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM272
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM271
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM270
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM269
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM268
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM267
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM266
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM265
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM264
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM263
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM262
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM261
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM260
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM259
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM258
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM257
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM256
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM255
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM254
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM253
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM252
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM251
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM250
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM249
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM248
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM247
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM246
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM245
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM244
http://www.nxtbook.com/lemarin/Culturesmarines/CM243
http://www.nxtbookMEDIA.com