Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 21)

dossier Le Havre 21 Les armements veulent la suite de Port 2000, et vite conteneurs Depuis l’inauguration du terminal de France en mars, Port 2000 a atteint sa vitesse de croisière. Les armements se disputent aujourd’hui les futurs postes à quai. Le 2 octobre, lors du baptême du CMA-CGM Medea, le PDG de l’armement, Jacques Saadé, a réclamé cinq postes à quai sur Port 2000, dont deux offrant 17 mètres de tirant d’eau. Première à conclure avec le port un protocole d’engagements mutuels en termes de nouveau fonctionnement et de volumes garantis, la compagnie helvéticoitalienne MSC ne cache pas non plus son impatience de s’installer sur le nouveau terminal, s’estimant même prioritaire. De son côté, Maersk, après avoir attendu un an et demi d’avoir l’assurance d’une paix sociale à l’ombre des portiques, s’est lancé à fond dans la construction de son TPO terminal porte Océane), pour deux postes à quai qui seront exploités par TN (Terminaux de Normandie) et opérationnels fin 2007. Sous le nom de code Drakkar, le chantier, préparé de longue date, a démarré au début de l’été. Coût : 26,6 millions d’euros pour les seuls travaux d’infrastructure. Et si vous demandez à Christian Paschetta, PDG de la GMP (Générale de manutention portuaire) quand il souhaite disposer du troisième poste à quai programmé au terminal de France, inauguré le 30 mars, il répond : « Tout de suite ». teaux de la CMA-CGM. Une dizaine d’armements différents ont fréquenté le terminal de France, dont China Shipping, Evergreen, MOL, APL ou encore CP Ships. Et sa productivité peut dépasser les 125 mouvements à l’heure. C’est pourquoi, quand l’Umep (voir page 19) continue de demander plus de productivité sur les terminaux, le président du port, Jean-Pierre Lecomte, et son directeur, Jean-Marc Lacave, volent au secours des opérateurs. « La productivité globale d’un port intègre plusieurs maillons et pour tous les ports, c’est un objectif de l’améliorer, commentent-ils en chœur. Si son niveau dépend essentiellement des opérateurs, les dirigeants portuaires ne peuvent pas s’en désintéresser. On atteint au terminal de France des performances jamais atteintes au Havre. Et tous les opérateurs se sont mis en ordre de marche pour une remise à niveau générale, sachant que la barre est de plus en plus haute. Port 2000 doit servir de locomotive pour ce changement d’échelle. Mais qu’on ne cherche pas à nous comparer à tel ou tel Éric Houri Selon Christian Paschetta, PDG de la GMP, plus de 14 000 EVP par semaine ont été opérés en août au terminal de France. port chinois qui aurait réalisé 545 mouvements à l’heure, avec dix portiques sur l’« Emma Maersk » ! L’intérêt grandissant que suscite notre port chez les plus grandes compagnies maritimes constitue pour nous un signal fort. Nous préférons voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide. » Les oiseaux aussi aiment Port 2000. Parmi les : un petit parmi les En toute ➟ environnementales d’accompagnement du chantiermesu- ➟ Alpha Terminal terminal à conteneursgros. a fait son disres Port crétion, un nouveau privé ap2000, la plus spectaculaire a sans doute été la création ex nihilo d’une nouvelle île. Implanté au sud de la digue du Ratier, au large de Honfleur, ce paradis artificiel, interdit aux humains (sauf les scientifiques) allait-il plaire aux oiseaux auxquels il était destiné ? La réponse semble positive. Aux termes de 31 comptages effectués par les ornithologues de la Maison de l’Estuaire, plus de 20 000 oiseaux de 28 espèces différentes ont été recensés. « On observe parfois sur l’îlot, 100 % des effectifs de certaines espèces », souligne un spécialiste. Ce serait le cas de l’huîtrier-pie et du grand cormoran. Seul bémol, les nidifications y semblent rarissimes. Un seul couple de tadorne de Belon a été repéré l’été dernier. parition au début de l’année. Au terme de 4,5 millions d’euros d’investissement, Alpha Terminal, joint-venture entre EFBS Seafrigo, opérateur spécialisé dans le froid et la manutention, et la SHGT, accueille sur le site MTV 3 (multivrac 3), anciennement utilisé par le chimiquier Norsk Hydro, les lignes conro de la compagnie allemande Horn Linie. « Tout marche bien mais nous disposons seulement d’un poste à quai et de deux hectares de parc », commente Jean-Yves Apard, directeur général de la SHGT. L’opérateur et le port réfléchiraient à une nouvelle implantation. offrant une dizaine d’hectares à ce terminal qui pourrait aussi accueillir dans le futur la ligne Nal (voir page 27). 125 MOUVEMENTS À L’HEURE Après trois mois de rodage, ce premier terminal de Port 2000 a atteint son rythme de croisière pendant l’été (plus de 14 000 EVP par semaine en août) et devrait terminer l’année en avance sur ses prévisions les plus optimistes. D’ores et déjà, la GMP y traite la moitié de ses trafics. Et pas seulement avec des ba- industrie Des investissements près du port rière-port, non loin de l’actuel terminal multivrac (MTV) et du pont de Normandie. Cette usine de nouvelle génération, capable de recycler le CO2 résultant de la combustion du minerai (voire de l’utiliser pour la production de carburants verts), pourrait produire 800 mégawatts d’électricité par an. avril. Le groupement retenu allie Poweo, qui se proclame premier opérateur indépendant d’électricité et de gaz, à la Cim (Compagnie industrielle maritime), principal stockeur distributeur de produits pétroliers au Havre. Il devra remettre sa nouvelle copie au conseil d’administration du PAH le 17 novembre. « Les fiançailles semblent bien se passer », commente Jean-Pierre Lecomte, président du PAH. Ce terminal devrait pouvoir réceptionner 6 à 8 millions de m3 de gaz naturel liquéfié (GNL) par an, soit un méthanier par semaine, et disposer d’une usine de regazéification. Mais il ne fait pas l’unanimité chez les riverains qui, constitués en association, promettent une résistance active, notamment pour le conseil du PAH du 17 novembre. À tel point que le préfet de région vient de monter au créneau, appelant « à l’intérêt général ». Par ailleurs, si les activités métallurgiques (chantiers navals, construction de portiques, etc.) ont disparu du paysage, d’autres poids lourds industriels nourrissent de grandes ambitions pour leurs sites normands. Ainsi Aircelle (anciennement Hispano-Suiza), filiale du groupe Safran (ex-Snecma), qui travaille notamment pour Airbus, devrait investir plus de 60 millions d’euros d’ici 2010, pour de nouvelles activités (composites), voire la création d’une plate-forme logistique. Dresser Rand a choisi la zone portuaire pour implanter une plate-forme mondiale d’essais de compresseurs pour la liquéfaction du gaz naturel (19 millions d’euros). Et Citron (Centre international de traitement et de recyclage des ordures nocives), usine (rare au plan international) dédiée au recyclage des déchets industriels, projette d’investir 30 millions d’euros et de doubler la surface de son site d’ici 2008. Nouvelle centrale thermique à charbon, projet de terminal méthanier : les grands projets industriels se multiplient, grâce au port et pour son plus grand profit. Comme un peu partout en France, le paysage industriel havrais vit une profonde mutation. Mais avec un atout qui demeure maître : son port. Selon des montages financiers à déterminer, deux investissements majeurs liés à l’énergie devraient voir le jour d’ici 2012 sur les terrains du PAH. Les opérateurs sont désormais connus. Le coût des deux projets dépassera le milliard d’euros. Fin juillet, le conseil d’administration du port autonome a donné son aval au projet d’une nouvelle centrale thermique à charbon « propre ». Chef de file : la Snet, filiale du groupe espagnol Endesa, qui a pris une option de trois ans sur un terrain de 20 hectares dans l’ar- ANTIFER : LE GAZ FAIT DES VAGUES Parallèlement, le projet de terminal méthanier sur le port pétrolier d’A ntifer s’est précisé fin septembre, après l’appel à candidatures lancé par le port en Vendredi 10 novembre 2006

Table des matières de la publication Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006

Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006

Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 1)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 2)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 3)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 4)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 5)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 6)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 7)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 8)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 9)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 10)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 11)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 12)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 13)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 14)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 15)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 16)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 17)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 18)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 19)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 20)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 21)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 22)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 23)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 24)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 25)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 26)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 27)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 28)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 29)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 30)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 31)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 32)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 33)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 34)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 35)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 36)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 37)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 38)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 39)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 40)
http://www.nxtbookMEDIA.com