Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 26)

26 dossier Le Havre logistique Emballement des projets Les promoteurs spécialisés dans la logistique font feu de tout bois autour du Havre, pour ouvrir de nouvelles surfaces d’entrepôts. Le rythme des constructions devrait doubler dans les six prochaines années. « Nous progressions au rythme de 50 000 m2 d’entrepôts supplémentaires par an, rappelle Jean-Marc Lacave, directeur du PAH. Dans les six années qui viennent, ce rythme va doubler. Et aux côtés des investissements réalisés par les opérateurs locaux, de puissants investisseurs immobiliers internationaux s’apprêtent à s’engager, souvent sur des projets en blanc offrant la plus haute technicité, ce qui témoigne de leur confiance dans notre port. » sur le Parc logistique du pont de Normandie (PLPN). Non loin de l’autoroute A 29 vers le nord de la France, le projet des frères Assouline, baptisé EGE (Entrepôts Généraux d’Étainhus) et dédié aux importateurs asiatiques installés en région francilienne, qui semblait s’enliser dans les méandres de l’administration, resurgit. Un permis de construire en poche, les investisseurs parisiens annoncent 42 000 m2 d’entrepôts à proximité du péage, avec des tranches successives au fil de la commercialisation. Leader mondial des investissements dans la logistique, l’américain Prologis persiste et signe. Son Prologis Park, au parc du Hode, ayant fait le plein avec un quatrième module de 32 000 m2 commercialisés avant même sa construction, il a d’ores et déjà réservé 14 hectares supplémentaires, au nord, au-delà de la ligne de chemin de fer, pour des extensions futures. Enfin, Gazeley, ex-filiale de Wal Mart, devrait réserver 6,8 hectares de terrains à l’est du PLPN, de l’autre côté de l’accès au pont de Normandie. Le dossier devrait être sur le bureau du conseil d’administration du port autonome du 17 novembre. COMMERCIALISATION DÈS LA CONSTRUCTION Le boom que devraient connaître, dans les années à venir, les activités logistiques, dynamisées par Port 2000, satisfait forcément son directeur. Première réalisation concrète, la première tranche du projet annoncé par Ixis AEW Europe (Caisse d’Épargne) et le promoteur parisien Adim (70 millions d’euros), projet désormais baptisé Alsei, devrait voir sa première réalisation concrète en février 2005. Sur 135 000 m2 d’entrepôts « high tech » programmés, 25 000 m2 devraient être disponibles Le Parc logistique du pont de Normandie (PLPN) figure parmi les zones les plus recherchées. Cotac recycle les fûts souillés environnement Filiale du puissant groupe hambourgeois Hoyer GmbH, Cotac fait partie des sociétés de service qui officient en zone portuaire dans le domaine de l’environnement. Hoyer intervient mondialement dans le transport terrestre de produits chimiques, les conteneurs maritimes et tout ce qui tourne autour de leur stockage, de leur réparation, de leur lavage, etc. Cotac, sa filiale havraise, installée depuis 1989 (24 salariés, 2,5 millions d’euros de chiffre d’affaires) s’occupe du lavage et du dégazage de citernes routières et conteneurs-citernes, ainsi que la destruction, suivie de valorisation, des fûts souillés. Lavés puis broyés, ces emballages toxiques repartent en « valorisation matière » sous forme de copeaux de plastique ou d’acier ou sont réutilisés comme combustibles, par exemple par la cimenterie Lafarge voisine. « De vingt tonnes recyclées par mois, nous sommes passés au rythme de 120 tonnes, souligne Thierry Baillet, responsable de l’agence havraise. Une des forces du Havre, c’est de disposer de tout un panel d’entreprises qui se complètent. » Ainsi, Cotac ne se préoccupe ni de la collecte de ces déchets ni, par exemple, de la réparation de conteneurs, qu’il laisse à son voisin ARC (groupe Arnal). De même, l’usine Sedibex voisine brûle les déchets ultimes mais revend à Cotac la vapeur dont elle a besoin. Parfois sollicitée lors de plan Marpol, la PME, peut aussi intervenir pour des expertises lors d’avaries sur des conteneurs de matières dangereuses. Éric Houri PORT 2000 ATTIRE LE FROID ès la conception de Port 2000, la proximité immédiate d’un parc dédié aux marchandises sous température dirigée avait été envisagée. Déjà augmentée, sa capacité d’accueil (26 hectares actuellement) devrait l’être à nouveau, tant les projets d’implantation se multiplient. Et ce d’autant que ce parc abritera bientôt un Pif-Pec (poste interfrontalier et poste d’entrée communautaire). Premiers installés, au début 2005, les transports bas-normands Godfroy disposent déjà, juste derrière la darse de l’Océan, des entrepôts… de l’Océan. Cet équipement de 20 000 m3 pourrait être triplé en deux tranches successives. Sur deux hectares voisins, Sofrino (groupe Sogena), associé au géant boulonnais Norfrigo, a commencé la construction d’un entrepôt légèrement plus petit (18 000 m3, pour 3 millions d’euros), qui devrait ouvrir en mai. D’abord, celui de EFBS Seafrigo, qui a obtenu son permis de construire. Sur un terrain de près de 7 hectares, l’entreprise fondée par René Barbé et reprise par son fils Éric, envisagerait de construire (en quatre tranches) des entrepôts en froid négatif et positif ainsi qu’un parc à conteneurs. Les capacités de stockage friseraient à terme les 200 000 m3. MAERSK COMMANDE DES PRISES REEFERS Plus nouveau, mais tout aussi important, l’autre opérateur de froid au Havre, les établissements Dugrand, un temps associés au projet Godfroy, seraient sur le point de s’unir avec un très gros « faiseur » du secteur, dont le nom reste secret pour l’instant. « Dans les coulisses du Sial, c’étaient les grandes manœuvres, remarque un spécialiste du port autonome. Les opérateurs à vocation européenne se rapprochent des ports et ceux qui y sont déjà se rapprochent de la grande distribution et des industriels. » Déjà leader national pour les importations de produits réfrigérés, Le Havre pourrait voir ces trafics exploser. Ce n’est pas pour rien si Maersk, leader mondial du transport maritime de conteneurs frigorifiques, a demandé 760 prises reefers sur le futur terminal de la porte Océane (TPO). Le terminal de France en dispose de 332. Les cinq autres terminaux à conteneurs havrais en comptent un peu plus d’un millier. DEUX GROS PROJETS DANS LES STARTING -BLOCKS Début 2007, un Pif pour l’agroalimentaire, doublé d’un Pec pour les produits phytosanitaires, sera ouvert sur 12 500 m2. D’un coût de l’ordre de 2 millions d’euros, pris en charge par le syndicat des transitaires havrais, cet équipement fera du Havre une « denrée rare » au plan européen. Deux projets beaucoup plus importants, encore dans les starting-blocks, pourraient pousser les dirigeants portuaires à revoir la configuration du parc. Vendredi 10 novembre 2006

Table des matières de la publication Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006

Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006

Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 1)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 2)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 3)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 4)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 5)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 6)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 7)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 8)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 9)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 10)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 11)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 12)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 13)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 14)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 15)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 16)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 17)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 18)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 19)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 20)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 21)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 22)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 23)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 24)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 25)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 26)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 27)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 28)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 29)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 30)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 31)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 32)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 33)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 34)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 35)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 36)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 37)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 38)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 39)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 40)
http://www.nxtbookMEDIA.com