Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 30)

enquête Panamá approuve l’extension du canal Fin octobre, les Panaméens ont approuvé, par référendum, l’extension de leur canal. Lieu de passage stratégique entre l’Orient et l’Occident, le canal de Panamá n’est, pour l’heure, plus adapté aux gigantesques navires de commerce. Le président Martin Torrijos en avait fait le principal thème de sa campagne : l’extension du canal de Panamá a été approuvée par référendum (78 % pour mais avec un fort taux d’abstention) le dimanche 21 octobre. Le projet semble pharaonique pour le petit État d’Amérique centrale : sept ans de travaux, pour un coût total de 5,25 milliards de dollars (4,17 milliards d’euros). Pourtant, depuis son élection en 2004, l’élargissement du canal est la priorité du président Torrijos, fils du général et dictateur Omar Torrijos, qui avait obtenu la rétrocession du canal du président américain Jimmy Carter en 1977. Le canal était en effet propriété des États-Unis depuis la fin du chantier de construction en 1914. Il n’a été officiellement rendu au Panamá que le 31 décembre 1999. FAIRE SAUTER LES BOUCHONS Le canal, de 80 kilomètres de long entre la mer des Caraïbes et l’océan Pacifique, épargne aux navires, depuis 90 ans, le contournement du continent américain, pour les trafics entre l’orient et l’occident. C’est-à-dire 15 000 kilomètres de route et le détroit de Magellan en moins. Mais il semblerait que le canal atteigne ses limites, puisque son gabarit ne serait plus adapté aux dimensions des navires actuels et que les délais, dus aux listes d’attente pour le passage, lassent les transporteurs. Le projet consiste donc à créer une troisième voie de navigation pouvant accueillir des navires jusqu’à 366 mètres de long, 49 mètres de large et 15 mètres de tirant d’eau. Un format bien au-dessus des capacités actuelles, correspondant aux navires « panamax ». Quelque 5 % du commerce mondial transitent actuellement par le canal. Il s’agit particulièrement de trafic américain puisque 70 % des marchandises traitées par les ports des États-Unis le franchissent. On y retrouve aussi un quart de l’export chinois et 15 % du japonais. Mais la concurrence logistique est rude, puisque de nombreux armateurs ont fait le choix de la route est-ouest passant par le canal de Suez. Ce trajet impose trois à quatre jours de navigation supplémentaires entre la Chine et la côte est des États-Unis ; mais il offre la possibilité d’utiliser des navires plus grands, ce qui a orienté le choix des transporteurs. Le président Torrijos et l’Autorité du canal (ACP) en sont donc persuadés, l’extension du canal est indispensable et sera très vite rentable. Selon l’ACP, le ton- D. R. Ouvert en 1914, le canal de Panamá, propriété des Américains, n’a été retrocédé au pays qu’en 1999. nage des marchandises, d’environ 300 millions de tonnes par an actuellement, pourrait doubler et les recettes, d’1,5 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros) par an actuellement, pourraient s’élever à 6 milliards de dollars (4,8 milliards d’euros) en 2025. COLON

Table des matières de la publication Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006

Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006

Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 1)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 2)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 3)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 4)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 5)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 6)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 7)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 8)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 9)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 10)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 11)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 12)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 13)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 14)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 15)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 16)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 17)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 18)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 19)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 20)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 21)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 22)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 23)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 24)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 25)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 26)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 27)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 28)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 29)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 30)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 31)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 32)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 33)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 34)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 35)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 36)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 37)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 38)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 39)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 40)
http://www.nxtbookMEDIA.com