Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 4)

1 ligne de T - fixe 2 lignes de T événement Le point des restrictions, espèce par espèce L’analyse des propositions de la Commission par les producteurs français traduit leur forte implication sur les questions liées à la gestion de la ressource. Ils auraient des arguments à faire valoir dans le cadre d’un réel dialogue avec la Commission. Revue de détail. Sabre noir (zones V, VI, VII et XII) Les chiffres. Captures déclarées en 2005 : 3 000 tonnes. Tac 2006 : 3 042 tonnes. Total autorisé de capture (Tac) préconisé par les scientifiques de l’ACFM (Advisory Committee for Fisheries Management) : 3 500 tonnes. Proposition de la Commission : 1 994 tonnes en 2007, 982 tonnes en 2008. Commentaires. « Pour les autres zones, la proposition de la Commission fixe les Tac au niveau des captures. Ici, la diminution est supérieure de 1 000 tonnes, alors qu’il s’agit d’un même stock. Motif : les requins profonds seraient des captures accessoires de sabre. La Commission va au-delà des préconisations scientifiques. Les travaux de l’Ifremer à partir des données des professionnels français (3 554 séquences de pêche sur la base de 34 navires) montrent pourtant que le niveau de capture des requins est totalement déconnecté de celui du sabre. De plus, les statistiques sont faussées par l’absence de contrôle, pendant longtemps, pour les navires britanniques et, aujourd’hui encore, pour les navires irlandais. Un seul navire de ce pays a exporté en France en 2005, 934 tonnes de sabre, soit près de onze fois le quota irlandais. Cela pose question…» Commentaires. « Pour tous les autres secteurs, le Tac proposé est très supérieur aux captures. Il est ici inférieur, sans justification. Pour la première fois, la Commission s’est référée aux captures réelles et non aux Tac antérieurs. La transparence des producteurs se retourne contre eux. Les navires européens sont ainsi pénalisés alors que le brosme n’est qu’une capture accessoire. La France n’aurait que 184 tonnes de quota alors que le brosme leur permet souvent de faire la différence en fin de marée. La diminution du Tac augmentera les rejets sans améliorer l’état du stock car elle porte sur une faible part de celui-ci. C’est la Norvège qui pratique une pêche dirigée sur ce stock, prélevant 4 000 à 5 000 tonnes par an. » Préconisation des scientifiques : réduction maximale préconisée, sur la base de l’évolution des rendements par unité d’effort jusqu’en 1998. Proposition de Tac 2007 par la Commission : 2 054 tonnes. 2008 : 1 012 tonnes (755 tonnes pour la France). Commentaires. « Les coupes claires proposées sur la lingue bleue, ajoutées à celles sur le sabre noir, compromettent toute la pêcherie car elles rendent non viable la pêche du grenadier dans l’ouest-Écosse. Les Français sont, avec les Féroé, les principaux acteurs sur la lingue bleue. Ils sont favorables à la mise en place de boxes saisonniers pour protéger la reproduction, dès 2007, sur Hatton et Rockall. Mais il faut maintenir les Tac antérieurs. La diminution de l’effort de pêche par les permis de pêche spéciaux est suffisante. D’autant que les travaux menés avec l’Ifremer montrent que, depuis 1998, les rendements par unité d’effort sont en hausse (le stock va mieux). Cette espèce vit moins profond et moins longtemps que les autres. » Grenadier (zones Vb, VI, VII) Les chiffres. Captures déclarées en 2005 : 6 500 tonnes, dont 3 168 tonnes pour la France. Préconisation de Tac des scientifiques : 6 000 tonnes. Proposition de Tac 2007 de la Commission : 4 600 tonnes. 2008 : 4 600 tonnes. Commentaires. « Bien que ce soit l’espèce la plus importante en tonnage pour les Français, ces derniers ne contestent pas le fait qu’il faille éviter toute expansion de la pêcherie. Mais les restrictions proposées ne sont pas pour autant justifiées, notamment au vu des avis scientifiques. » Mostelle ou phycis de fond (zones V, VI, VII) Les chiffres. Tac 2005 : 2 028 tonnes. Quota français 2006 : 365 tonnes. Préconisation des scientifiques : ne pas augmenter l’effort de pêche faute de connaissances suffisantes. Proposition 2007 de la Commission : 1 545 tonnes (quota français, 271 tonnes). 2008 : idem. Commentaires. « L’avis scientifique se fonde exclusivement sur une approche de précaution. Nous comprenons que la Commission veuille fixer le Tac au niveau des captures actuel- Lionel Flageul La Commission propose des réductions effectives de captures de 33 % en 2007, puis en 2008, pour les stocks jugés les plus mal en point : empereur, sabre noir et lingue bleue. les, encadrées par des permis de pêche spéciaux. Mais la répartition des quotas est telle que l’Espagne et la France supporteront seules la diminution de Tac : en 2005, ils ont réalisé 73 % des captures avec 47 % du Tac. En France, cette espèce est surtout capturée dans le secteur VII par des navires artisans, en capture accessoire de la langoustine et de la baudroie. » 1 148 tonnes). Préconisation de Tac des scientifiques : 0 tonne. Proposition de Tac 2007de la Commission : 174 tonnes (France : 131 tonnes). 2008 : 86 tonnes (France 64 tonnes). Commentaires. « Aucun navire français ne fait de pêche dirigée sur cette espèce fragile. Mais elle est importante pour les Bretons, en raison de sa haute valeur marchande. Comme pour le sabre, certains États, comme l’Irlande, ne déclarent pas leurs captures. Nous partageons l’opinion que les stocks sont à un niveau ne permettant pas une exploitation durable. Ce n’est pas une raison pour interdire les captures occasionnelles. De nombreuses zones d’interdiction protègent déjà cette espèce même si l’on peut s’interroger sur l’efficacité des contrôles qui y sont exercés par les États côtiers. Les Tac doivent être fixés au niveau des captures des trois dernières années. » Brosme (zones V, VI, VII) Les chiffres. Captures 2005 : 452 tonnes. Préconisation des scientifiques : pour toutes les zones, réduction de 30 % par rapport aux dernières captures ou maintien lorsque le stock montre des signes d’augmentation. Proposition de la Commission pour 2007 : 315 tonnes. Pour 2008 : 315 tonnes. Lingue bleue (VI, VII) Les chiffres. Captures déclarées en 2005 : 2 338 tonnes pour la France. Quota 2006 de 2 371 tonnes (Tac 3 137 tonnes). Hoplostète ou empereur (zones VI, VII et autres) Les chiffres. Zone VI, captures françaises en 2005 : 55 tonnes. Quota 2005 de 58 tonnes, Tac de 88 tonnes. Préconisation de Tac des scientifiques : 0 tonne. Proposition 2007 de la Commission : 45 tonnes (France : 22 tonnes). 2008 : 22 tonnes (France : 15 tonnes). Zone VII, captures françaises en 2005 : 163 tonnes. Quota 2005 de 866 tonnes (Tac de Requins profonds et dorade rose : incompréhension et hérésie. Pour les requins profonds, les producteurs ne comprennent pas la proposition de réduire de 70 % en 2007 le Tac des zones V, VI, VII, VIII et IX, alors qu’une réduction de « seulement » 50 % est proposée ailleurs, sur la base du même avis scientifique. Ils soulignent aussi la défaillance des contrôles sur cette espèce et la non prise en compte de l’interdiction récente du filet profond. Il demandent le maintien du Tac 2005. Pour la dorade rose, ils considèrent comme une« hérésie » le fait de la considérer comme une espèce profonde. Elle est capturée en France par des côtiers de moins de 12 mètres. Les Tac sont, à leur avis, notoirement trop restrictifs. ➟ Source : CMPMEM Vendredi 10 novembre 2006

Table des matières de la publication Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006

Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006

Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 1)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 2)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 3)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 4)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 5)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 6)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 7)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 8)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 9)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 10)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 11)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 12)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 13)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 14)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 15)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 16)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 17)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 18)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 19)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 20)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 21)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 22)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 23)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 24)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 25)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 26)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 27)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 28)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 29)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 30)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 31)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 32)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 33)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 34)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 35)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 36)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 37)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 38)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 39)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 40)
http://www.nxtbookMEDIA.com