Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 6)

6 1 ligne de T - fixe 2 lignes de T france langoustine du golfe Les indicateurs biologiques montrent que la langoustine du golfe de Gascogne (zones VIIIab) se porte plutôt bien. La biomasse féconde, après une période de stabilité, est en légère hausse. Le recrutement est aussi à la hausse depuis 1998, avec un pic en 2004, même si les scientifiques n’ont pas de confirmation de cette tendance pour la période la plus récente. L’effort de pêche n’est pas non plus excessif et il n’y a, semble-t-il, pas de risque pour le stock. Pourtant, les scientifiques préconisent à la Commission européenne une baisse des captures pour 2007. Le total admissible de captures (Tac) passerait ainsi de 4 030 tonnes à 3 600 tonnes. Pour quelles raisons ? Toutes les données d’évaluation de la ressource ne seraient pas sûres, même si le système s’améliore. L’amélioration, due à l’arrivée d’une classe d’âge exceptionnelle en 2004, n’est pas garantie, d’autant que les rejets de petites langoustines sont importants. Il existe aussi certaines zones d’ombre sur la détermination de l’âge du crustacé. Les Français ont, d’autre part, dépassé leur quota en 2005, ce qui a valu des pénalités en 2006. Cela s’est traduit par une réduction de quota qui a généré une situation très tendue pour les adhérents de certaines organisations de producteurs, comme les Lorientais de Proma. Quota en baisse en 2007 ? Alors que les indicateurs biologiques semblaient au vert, les scientifiques proposent une baisse des quotas de langoustine dans le golfe de Gascogne pour 2007. Les producteurs, qui ont déjà serré la vis cette année, espèrent que la Commission ne suivra pas cet avis. Pour 2006, les scientifiques estiment que le Tac (4 030 tonnes) devrait encore être dépassé. Si l’effort de pêche est resté stable, ils estiment en effet que les débarquements pourraient atteindre 4 700 tonnes. UNE MARGE DE MANŒUVRE POUR LES OP FRANÇAISES Les professionnels français, ceux de Proma en tête, vont tenter de contrer cet avis et de faire valoir auprès du Gouvernement français et de la Commission européenne l’état du stock ainsi que tous les efforts de gestion qu’ils ont consentis ces dernières années. « Une telle décision mettrait à mal la dynamique de gestion sur cette pêcherie, alors qu’il n’y a pas de problème de ressource », estime-t-on à Proma. Objectivement, on peut considérer que ces arguments sont loin d’être négligeables. L’issue de la partie se jouera lors du Conseil des ministres européens de la Pêche de fin d’année, sur la base de la proposition de la Commission. La marge de manœuvre des Français n’est pas nulle, les scientifiques faisant observer dans leur avis qu’« une situation conflictuelle pourrait découler d’une mauvaise appréciation du Tac et qu’il faudrait en tenir compte ». Philippe URVOIS Lionel Flageul Les scientifiques préconisent de limiter les captures à 3 600 tonnes, contre 4 030 tonnes cette année. Escale à Paimpol du directeur des Pêches pêche Damien Cazé, le directeur desPêches, a fait le voyage à Paimpol, le lundi 30 octobre. À l’invitation de Yannick Hémeury, le président du comité local, il a pris le pouls de la filière pêche et rencontré les professionnels locaux : lycée maritime, Maison de la mer, Union sociale maritime, des bassins insubmersibles de Pors-Even et de la criée de Loguivy. Parmi les thèmes abordés, il a été question du rapprochement des services sociaux pêche et commerce. Damien Cazé a rassuré, promettant une unification dans la douceur des deux services (refondus dans une nouvelle structure à partir de janvier 2007). « C’est déjà plus ou moins le cas à Paimpol, a expliqué Mireille Rubin, chargée de l’encadrement technique à l’USM de Paimpol. Notre modèle risque d’être copié par les autres. » Concernant le prix du carburant, Damien Cazé est resté vague quant au maintien des aides. « L’État ne pourra pas continuellement verser 80 millions d’euros par an, a-t-il rappelé. Mais la France ne cherchera pas à réduire sa flotte comme dans certains pays. » Quant au soutien à la caisse de chômage-imtempéries, « elle pourrait être reconduite », a annoncé prudemment Damien Cazé. Il a enfin été question de la cohabitation avec les plaisanciers. « Ne mangez pas du plaisancier pour le plaisir, a averti le directeur des Pêches. Ils seront de plus en plus nombreux et ont toute liberté de pêcher en respectant les règles. Les interdictions de pêcher telle ou telle espèce, s’il y en a, s’appliqueront aux deux communautés. » Pascal OLLIVIER Vivier-sur-Mer : mytilicole ➟ Le la mort dans un un ouvrierMardi 7 notrouve accident. vembre, en début d’après-midi, un accident a coûté la vie à Emmanuel Pichon, un ouvrier mytilicole de 33 ans. L’accident s’est produit peu avant la basse mer, à environ 5 km au large de Cherrueix, à la limite entre mer et estran. Deux salariés du Gaec Hurtaud-Restoux, du Viviersur-Mer, étaient avec lui dans une barge montée sur une remorque, tandis qu’un des associés manœuvrait dans le tracteur pour mettre à l’eau l’embarcation. Il a dû tomber par l’arrière ou sauter avant l’arrêt de l’engin et se faire écraser par une roue de la remorque. Ses collègues ont retrouvé son corps sans vie et l’ont ramené à la cale du Lac. Des circonstances particulièrement traumatisantes, souligne le deuxième associé du Gaec, resté à terre. Les personnels portuaires passent aux départements. Un décret du 6 novembre entérine, dans le cadre de la décentralisation des ports, le transfert des personnels portuaires d’État mis à disposition des départements du Calvados, des Côtes-d’Armor, des Pyrénées-Atlantiques, des Pyrénées-Orientales et de la Vendée. Il s’agit des personnels de l’Équipement mis à disposition dans les ports départementaux, des services placés sous l’autorité fonctionnelle du président du conseil général et des personnels chargés de la gestion administrative et financière. Les services de police portuaire ne sont pas concernés. Le transfert sera effectif le 1er janvier 2007. Golfe de Gascogne : stabilité des pêches au premier semestre. L’Observatoire des pêches et cultures marines du golfe de Gascogne note que le chiffre d’affaires des criées de la façade atlantique (de la Vilaine à la Bidassoa) s’est stabilisé autour de 84,7 millions d’euros au premier semestre 2006. La baisse des apports a juste été compensée par la hausse des prix moyens (-2 %). Un bilan moins bon que celui des autres façades, la façade concernée progressant de 4 % en chiffre d’affaires. Les Pays de Loire (+8 %) et le Poitou-Charentes (+22 %) tirent leur épingle du jeu. L’Aquitaine, avec un chiffre d’affaires en baisse de 36 %, plombe l’ensemble. Sole, baudroie, merlu et bien sûr anchois, ont fait défaut. Loctudy, la vente de hors-taille condamnée. 700 euros, c’est l’amende infligée à un marin loctudiste par le tribunal correctionnel de Quimper pour avoir commercialisé, en août 2006, via une autre personne, de la langoustine et du merlu hors taille. Sa défense : il ne savait pas qu’il ne pouvait pas commercialiser sa godaille et ce type de produit hors norme. ➟ ➟ ➟ Vendredi 10 novembre 2006

Table des matières de la publication Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006

Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006

Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 1)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 2)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 3)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 4)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 5)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 6)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 7)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 8)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 9)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 10)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 11)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 12)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 13)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 14)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 15)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 16)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 17)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 18)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 19)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 20)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 21)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 22)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 23)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 24)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 25)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 26)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 27)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 28)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 29)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 30)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 31)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 32)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 33)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 34)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 35)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 36)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 37)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 38)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 39)
Journal le marin - n°3096 - 10 novembre 2006 - (Page 40)
http://www.nxtbookMEDIA.com